• La triple conjonction planétaire se poursuit. Vénus, Jupiter et la planète rouge, Mars se côtoient dans le ciel de l'aube. Il suffit de braver la fraîcheur matinale, mettre le nez dehors et lancer un regard vers l'Est. Notre trois cousines sont là; impossible de les manquer. Vénus brille avec une belle intensité. Sa surface gazeuse reflète la lumière du soleil qui va se lever. Mars se distingue par son fard légèrement rosâtre. Jupiter... Ah! Jupiter elle n'a l'air de rien et semble pâlir d'envie à côté de Vénus: un simple point sur le "i" du firmament. L'objectif 300mm révèle une toute autre histoire. Il faut prêter attention. Trois points semblent bourgeonner de la planète. Ce sont Callisto, Ganymede et Europe, trois des quatre lunes galiléennes de Jupiter. J'ai placé une image de la position des lunes ce matin vers 6:00 (logiciel Stellarium).

    Il ne faut que peu de chose en somme pour admirer ces merveilles... quelques minutes, de bons yeux ou une paire de jumelles et ... avoir gardé la capacité de lancer de Oh! et des Ah! en regardant le ciel...

    Trio céleste de l'aube...

    Trio céleste de l'aube...

    Trio céleste de l'aube...


    votre commentaire
  •  Le 20 février 2015, Vénus (la plus brillante) et Mars ont fait un rapprochement dans la ligne de vue de la lune.  C'est ce qu'on appelle un conjonction bien que, dans les faits ces trois corps célestes sont outrageusement éloignés l'un de l'autre.  Un magnifique croissant d'une lune cendrée m'a permis d'ajouter une touche artistique à ce rendez-vous.  Il faisait -18C avec quelques bourrasques déplaisantes.  La sortie, en valait largement la peine.

    Ménage planétaire à trois...

     

    Nikon D5000, zoom Nikon 70-300. Cette photo est un montage de 5 prises de vue et de deux HDR assemblés avec Photomatix.

    Le résultats final est obtenu avec Color Efex Pro.

    Ménage planétaire à trois... 

    Ménage planétaire à trois...


    votre commentaire
  • Le 5 juillet 2014.

    Un magnifique rapprochement entre notre astre sélène et la divinité de la guerre, Mars. Si près l'un de l'autre, et pourtant si éloignés... J'ai bien pris des photos, mais rien à faire; aucune ne rendait justice à cette conjonction céleste. Il me sembla que seul un croquis au pastel pouvait vraiment représenter cette proximité virtuelle de trois titans: une planète, un satellite et une étoile lointaine. Il me sembla, en bref que seuls, deux heures passées à m'attarder sur papier à coucher le pastel, à l'estomper soigneusement, y faire les retouches dictées par ma mémoire pouvaient imprimer les sentiments de cette magnifique fresque où la Mars légèrement rosâtre bataillait avec Spica pour encadrer notre satellite.

     

    Mars et la lune en conjonction

    Pastel secs

     


    votre commentaire
  •  

    La planète Jupiter est entourée d'une nuée de quelques 67 lunes (confirmées). Les quatre principales, Io, Europa, Ganymède et Callisto ont été découvertes par Galilée en 1610 avec un télescope grossissant 30X.  Il avait pu décrire avec précision leur danse autour de Jupiter dans un opuscule intitulé «Le messager des étoiles».  Les photos ci-dessous ont été prises avec mon télescope de 130mm et une petite caméra planétaire, la NexImage, en 2011. La dernière série de deux images est intéressante parce que Io, le plus rapproché des quatre satellites, laisse une ombre visible sur la surface de Jupiter.  L'ombre de Io est juste à côté de la Grosse tache rouge de Jupiter. Io redevient visible à gauche à 21:45.

    La première image (et sa contrepartie avec l'identification de trois des lunes), laisse mieux voir la Grosse tache rouge dans l'hémisphère sud.  Cette tache qui paraissait plus pâle en 2011, est un gigantesque anticyclone, un ouragan tellement vaste que trois planètes terre pourraient y être avalées.

    Observer Jupiter et ses lunes est une expérience très intense visuellement.  C'est un contact privilégié avec le ciel et une communion avec le cosmos... mais c'est aussi, un peu, un contact avec l'histoire que d'imaginer Galilée, 400 ans plus tôt observant la même danse...

    « si j’ai pu voir aussi loin, c’est parce que j’étais juché sur les épaules de géants» [I. Newton, 1676, dans une lettre à R. Hooke]

     

    La danse lunaire autour de Jupiter

    La danse lunaire autour de Jupiter

    La danse lunaire autour de Jupiter


    votre commentaire
  • Une conjonction est un terme utilisé pour parler de deux corps célestes qui sont près l'un de l'autre.  Il y a un peu plus de deux ans maintenant, j'eu la chance d'admirer la conjonction de la lune et de la planète Jupiter. Ah! Jupiter, si petite vue de notre perpective prétentieuse de bipèdes... et pourtant, pourtant... Jupiter, qu'observait Galilée en 1610 et pour laquelle il décrivit la ronde de ses quatres principales lunes, Io, Callisto, Ganymède, Europa, Jupiter, dis-je, est une géante gazeuse atteignant plus de dix fois le diamètre de la terre. Petite disions-nous? On peut comprendre: cette planète jovienne est située à plus de 500 millions de Km de nous.  Trente-cinq minutes-lumière de notre oeil.

    Le destin est railleur. Cette image magnifique marquait ma sortie d'une conférence de l'astrophysicien Jean-Pierre Luminet à l'Université de Montréal.  La grande tour du pavillon principal, aujourd'hui Roger-Gaudry, s'élevait majestueusement comme un défi à ces corps dominant notre firmament visible.

    Conjonction

    Pastel sur papier noir Canson, ajout numérique de la tour de l'UdeM


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique