• Le lys de mer

    Contrairement à ce qu'indique son nom vernaculaire, le lys de mer est un animal et non une plante, dont il a toutefois toute l'apparence.  Il fait partie de l'embranchement des échinodermes comme l'étoile de mer, les oursins et les concombres de mer.  Appelons-le crinoïde par souci de précision et regardons l'élégance des espèces libres de toute attache: Cliquez ici pour le voir nager.

    Les crinoïdes sont parmi les plus vieux animaux de l'histoire de la terre.  Ils régnaient dans les eaux, profondes ou non, et sont apparus vraisemblablement à l'Ordovicien après avoir évolué à partir d'un ancêtre du Cambrien.  Bien que quelques espèces soient contemporaines de nos mers tropicales, leur plus grande diversité semble avoir culminé au Paléozoïque. Ils sont les seuls de leur groupe à avoir survécu à l'extinction de masse du Permien-Trias où 95% de toutes les espèces marines ont été rasées (il y a 252 millions d'années).  Rappelons à notre douloureux souvenir de peuple nordique, que le Québec étaient sous les tropiques à l'OrdovicienCliquez ici pour voir où nous étions il y a 450 millions d'années.

    Les fossiles de crinoïdes sont fréquents, et certaines roches peuvent être entièrement constituées des restes de ces magnifiques animaux.  L'exosquelette du lys de mer est composé de calcite sous lequel circulaient les fluides corporels et les systèmes digestif et nerveux de l'animal.  Cet exosquelette est composé de multiples unités ou ossicules qui étaient réunis par des muscles et des tendons. Cliquez ici pour en connaître plus..  Voilà ce qu'on retrouve facilement dans les roches fossilifères; de petits disques assez banals qui dépouillent injustement le lys de mer de sa splendeur originelle.  Les crinoïdes complets sont beaucoup plus rares.  Mais lorsqu'on en tient un! Quelle merveille, vraiment! 

     

    Le lys de mer

    Couple de crinoïdes de l'Ordovicien de la formation Verulam (Ontario).  Archaeocrinus sp. (à gauche) et Cupulocrinus humilis (à droite). Chaque animal fossile mesure environ 5 cm de hauteur.  Les fossiles ont été achetés d'un collectionneur.  Le calice, composé de plusieurs plaques, est presque intact.  Les bras avec les fines ramifications (pinnules) sont magnifiquement préservés.

     

    Le lys de mer

    Cet échantillon, trouvé à Montréal, montre assez bien à quoi on peut s'attendre lorsque les crinoïdes se sont disloqués, tourmentés par sédiments.  Les ligaments et muscles, qui sont des tissus organiques, ne se fossilisent pas, laissant les ossicules et autres parties, libres.  La partie centrale (côtelée) est probablement une section de la tige ou d'un bras d'un crinoïde de 450 millions d'années.  À remarquer un ossicule à 5 côtés qui est caractéristique de la symétrie pentagonale de certains crinoïdes (pensez à l'étoile de mer qui a 5 branches).

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :