• Ichnologie des attaques

    Lors de mon bref séjour à Cuba, j'en ai profité pour ramasser quelques coquillages... des effluves de mon enfance, j'imagine. Je sélectionnais ceux avec une histoire particulière et terrible. Ces restes de bivalves, huitres et palourdes ont en commun la présence d'un trou parfaitement circulaire et légèrement conique qui traverse la paroi de calcite de part en part. C'est une trace laissée par un prédateur machiavélique dans sa technique d'alimentation. Il s'attache sur la coquille et régurgite un acide qui dissout les protéines et la calcite de sa proie. Avec sa radula (un groupe de dents), le tortionnaire affamé racle la matière pour mieux forer. Puis, une trompe (probocis) plonge dans l'animal impuissant et en aspire la chair. Celui en bas à droite est un fragment de corail avec trois lésions.

    J'ai placé ces coquillages sur une boîte lumineuse pour assembler ce petit cimetière... 

     

    Attaques

     

    Iconologie des attaques


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :