• Bob, l'éponge paléozoïque...

    Poursuivant mon exploration du Montréal paléozoïque (Ordovicien moyen), à cette époque où nous étions sous l'eau des tropiques, je découvre et m'émerveille...  À cette époque où l'Homo sapiens n'était pas encore sur la planche à dessin de l'évolution, mais caché dans les gènes de quelque métazoaire qui glissait sur les fonds marins...  à cette époque, dis-je, vivaient des animaux fantastiques. Sur ces fonds marins vivaient les éponges. Pour en savoir plus, je vous conseille ce court, mais fascinant documentaire: cliquez ici.

    Apparues il y a environ 600 millions d'années, les éponges (qui sont des animaux) ont probablement constitué la première ébauche de la vie multicellulaire chez les eucaryotes.  Le besoin de vivre en société pour tirer un meilleur profit de l'environnement s'est sans doute joué ici, amorcé selon toutes probabilités par les procaryotes, 1 milliard d'années plus tôt avec les stromatolites.  Les éponges ont probablement aussi été les premiers organismes à jouir de la reproduction sexuée grâce aux spermatozoïdes et ovules. C'est ce mode de reproduction qu'elles ont popularisée.  Et cette vie en société, pleinement réussie, a donné l'imprimatur au lancement des véritables organismes métazoaires qui devaient, 650 millions d'années plus tard, donner naissance à un Platon, un Voltaire et une Marie Curie, avec qui les éponges partagent 70% de leur génome...

     


     

    "This incredibly old ancestor possessed the same core building blocks for multi-cellular form and function that still sits at the heart of all living animals, including humans" (Cet ancêtre, incroyablement vieux, possèdait les mêmes éléments qui sont à la base de la structure et des fonctions de toutes les formes de vie multicellulaires, soit l'essence de tous les animaux vivants, incluant l'Homme).

    [B.M. Degnan, article dans Nature: The Amphimedon queenslandica genome and the evolution of animal complexity. Vol 466;5 August 2010]

     


     

    Ce qui me rappelle un passage épique du film Inherit the Wind avec Spencer Tracy.  

    - Does a sponge thinks? [Spencer Tracy]

    - I don't know; I am a man, not a sponge! [Fredric March]  (cliquez ici)

    Basé sur un fait vécu, ce grand film met en scène The Scope Monkey Trial (Le procès du singe). Un procès opposant le créationisme au darwinisme.

     

    L'éponge

     Ces photos nous montrent les restes fossilisés de ce qui fut, il y a 450 millions d'années, une ou des éponges (les flèches rouges).  Elles montrent des similarités avec les Stromatoporidae. Ce type de spécimen est assez rare et normalement difficile à identifier.  Il pourrait aussi s'agir d'éponges agglutinantes qui sécrétaient une substance visqueuse permettant de trapper des particules solides pour édifier la colonie.

     

    Bob, l'éponge paléozoïque...

    Les trous d'environ 3mm de diamètre sont les voies par lesquelles l'éponge expulsait l'eau après à en avoir filtré les nutriments: particules organiques et bactéries. Les éponges sont des pompes remarquables: elles doivent filtrer près d'une tonne d'eau pour obtenir environ 30 grammes de nutriments.

    Les parties organiques de l'éponge ne purent se fossiliser.  Par contre, l'édifice, soit la structure de l'éponge, passa l'épreuve du temps après avoir fait 2 fois le tour de la voie lactée (notre galaxie).  Cette pierre peut être admirée, perdu dans une petite plate-bande d'un MacDonald's, à Montréal, sur la Rue Rosemont coin Chambord.


  • Commentaires

    1
    marc lavoie
    Vendredi 25 Avril 2014 à 09:50

    1. C'est dans les eponges que nous avons trouve le plus grand nombre de bacteries produisant des substances anti-bacteriennes.


    2. Est-ce parce que nous sommes si apparentes aux eponges qu'on dit: "Boire comme une eponge"?


    3. En plus du The Scope Monkey Trial, lire "Les animaux denatures" de Vercors.

    2
    Vendredi 25 Avril 2014 à 17:31

    1- C'est probablement aussi à ce moment que s'est joué l'avenir des flores commensales et des endosymbions: Certaines éponges tire près de 40% de leur énergie des cyanobactéries symbiotiques.


    2- Probable


    3- Déjà lu, oui. Excellent livre!


    Merci pour les commentaires.


    Jean

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :