• Attaques préhistoriques

    Tenir dans sa main un rare représentant de ce qui habitait les mers il y a des centaines de millions d'années est une expérience chargée d'émotion... presque mystique. Le petit bryozoaire ci-dessous a participé à la vie marine de l'Ordovicien, il y a 450 millions d'année. Il a côtoyé les trilobites, les précurseurs des étoiles de mer, les éponges, les palourdes, les brachiopodes et plusieurs autres habitants autour de l'océan Iapetus. Son corps fossilisé a ensuite fait deux fois le tour de la Voie Lactée, a été témoin de deux grandes glaciations, cinq extinctions de masse dont celle, qui a rayé les dinosaures de la carte, il y a 65 millions d'années. En 450 millions d'années, ce petit bryozoaire s'est déplacé de l'équateur au parallèle 45, la position de Montréal.

    Attaques préhistoriques

     

    Le petit bryozoaire (Pachydictya) ci-haut est mort avec un parasite interne ou externe qui se nourrissait probablement à ses dépens.  On voit aussi un coquillage (brachiopode) à sa droite.  L'image a été colorée avec Photoshop.

     

    Un fossile représente aussi un instant fugace dans l'histoire géologique: le moment où l'animal est mort enseveli sous les sédiments.  Une plaque mortuaire, certes d'un grand intérêt puisque que c'est un témoin d'une Ère géologique lointaine mais, en revanche, elle donne peu de renseignements sur ce que l'animal a vécu. Si vous regardez attentivement la photo précédente, vous remarquerez une cicatrice ronde sur le corps de l'animal.  Un petit monticule qui brise l'architecture du bryozoaire.  Cette cicatrice a été laissée par un petit parasite qui s'est établi dans le corps du bryozoaire (endobionte) ou qui s'y est accroché comme un épibionte. Dans les deux cas l'intrus s'est nourri au dépend du bryozoaire.

    Le parasite pourrait être Domichnium (Sanctum laurentiensis?) soit la trace d'un organisme prédateur/parasite capable de perforer des cuirasses pour s'établir ou se nourrir. Une autre possibilité pourrait inclure Phosphannulus un épibionte qui parasite l'extérieur d'un organisme plus grand. Phosphannulus, comme son nom l'indique, est de forme annulaire, ce qui correspond assez bien à la blessure de mon bryozoaire.

    Cette particularité ajoute un aspect dynamique à ce fossile: nous avons maintenant une histoire à raconter sur cet animal. Il a été en interaction avec un autre organisme; les premiers balbutiements d'une relation hôte/parasite qui remonte à près d'un demi-milliard d'années.

     

    Attaques préhistoriques

     

    L'endroit où a vécu et est mort le petit bryozoaire est sur le continent Laurentia situé à l'équateur à l'Ordovicien (il y a 458 Ma). Laurentia, cachait les les contours du Québec moderne qui s'est déplacé de l'équateur au parallèle 45.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :