• votre commentaire
  • Les guêpes! nous pensons en savoir assez à leur triste sujet... Elles volent, houspillent et elles piquent.  Leur livrée à l'allure des uniformes de bagnards, annoncent un petit paquet de mauvaises nouvelles bourdonnantes.  On les imagine mal en train de faire autre chose que d'ennuyer l'honnête citoyen que nous sommes.  On ne les imagine pas avoir soif.  Et pourtant, par les chaudes journées d'été, tout comme nous, les guêpes doivent boire.  Comment?  Comme les biches, mes amis!  Comme une biche, pattes écartées, penchée vers l'onde d'un étang, la guêpe tire la «langue» pour lapper la surface du précieux liquide. La voilà qui trouble la surface et fait des ronds dans l'eau... Un très bref moment de vulnérabilité... nous voilà surpris en train d'éprouver un certain attendrissement pour cet hyménoptère que, quelques secondes plus tôt, nous aurions volontiers écrasé... Comme quoi, il suffit parfois de voir plus petit.

    Revenez plus tard pour voir deux ou trois autres photos sur ce thème...

     

    Wasps! We think we know enough about their sad story... A well deserved bad reputation... period.  They buzz around, harass and they sting. Their livery to the look of the uniforms of convicts, announce a small Pack of bad news. We seldom imagine them doing anything else than to annoy the honest citizen that we are. We hardly imagine them thirsty. And yet, in hot summer days, just like us, wasps must drink. How? As the Doe, my friends! As a Doe, legs spread, leaning towards the surface of a pond, the wasp pulls the tongue to lap some drops of the precious liquid. In doing so, it disturbs the surface of the pond and made ripples in the water... A very brief moment of vulnerability... We are surprised now to feel a certain emotion for this insect, a few seconds earlier, we would have gladly squashed..

    Come back later, I will post more of these moments...

     

    Les guêpes ont soif... 

    Date de création : 2014/07/20 : Nikon D5000; Tamron 90mm f/2.8G; Mise au point manuelle; f/5 ; 1/2000s; priorité ouverture; Correction expo. : +0.3IL Régl. ; ISO 500.  Sans trépied.

     


    votre commentaire
  • Le soleil du 19 juillet fut assez intense au niveau des protubérances (terme technique qui désigne les «éruptions» de plasma qui s'élèvent au-dessus de la chromosphère). Mon télescope H alpha a bien travaillé pour aller chercher les détails de notre astre. J'ai mis la Terre (sphère bleue) pour que vous puissiez bien voir la taille de ces éruptions où la température peut atteindre plus de 20,000 degrés celsius. Tout ce processus très exothermique est le résultat de cette fournaise nucléaire qui, à chaque seconde, transforme 600 millions de tonnes d'hydrogène en hélium (fusion nucléaire)... dans le coeur qui chauffe à quelques 15 millions de degrés celsius...

     

    La fournaise nucléaire...

    La fournaise nucléaire...

    La fournaise nucléaire...

    La fournaise nucléaire...

     


    votre commentaire
  • Sur une plage, si vous prêtiez attention aux pas laissés derrière par des marcheurs vous pourriez en dire plus que vous pensez sur l'individu qui a laissé les traces: il était pieds nus, en sandales ou en souliers, c'était un homme ou femme, peut-être un enfant.  Vous pourriez même avoir une idée du poids de la personne, ou si elle marche sur les talons... ou de guingois.  Peut-être était-elle en état d'ébriété...  Il vous serait sans doute possible de savoir si elle marchait... ou elle courait.  

    Voilà l'art consommé de l'ichnologiste: étudier les traces pour remonter le temps et tirer des hypothèses sur l'identité, voire le comportement de ce qui a laissé les traces.  L'ichnologie est une science, vieille comme le monde, que Sherlock Holmes aurait pu inventer.  Le célèbre détective a popularisé la technique de l'iconologie et, à votre insu. La simple empreinte digitale relève en quelque sorte de l'ichnologie.

    Imaginez cette même science appliquée aux traces fossiles laissées par un Tyranosaure, un Diplodocus ou un Triceratops, et vous vous retrouvez à remonter la préhistoire au Triasique, Jurassique, ou au Crétacé, il y a 65 à 230 millions d'années.  C'est un conte fascinant de découvertes que Antony. J. Martin vous racontera si vous vous procurez son magnifique livre : Dinosaurs without Bones (Des dinosaures sans les os). Site Facebook du livre

     

    Ichnologie: l'art subtile de suivre les traces

     Si vous pensiez en savoir assez sur les dinosaures, ce livre vous prouvera le contraire.  A.J. Martin, les animent pour le plaisir de votre imagination: comment ils marchait, certes, mais aussi comment ils se nourrissaient, s'accouplaient ou prenaient soins de leur petits.  Vous en apprendrez aussi beaucoup à partir de leurs excréments, qui eux aussi se fossilisent (coprolithe).  De quoi peuvent avoir l'air les traces fossilisées de deux sauropodes de 6 tonnes en plein coït? Vous en aurez une idée à la lecture de ce livre plein d'humour et d'enseignement écrit par un des ichnologistes les plus réputés.

     Ichnologie: l'art subtile de suivre les traces

     Source des photos: http://esciencecommons.blogspot.ca/2014/02/bringing-to-life-dinosaurs-without-bones.html

    Ichnologie: l'art subtile de suivre les traces

    Source de la photo: http://www.connectsavannah.com/savannah/dinosaurs-in-the-beer-garden/Content?oid=2453670

     

    Les années ajoutent en rides et petits maux ce qu'elles enlèvent trop souvent à cette force d'émerveillement et d'imagination de l'enfant que nous avons été.  Si comme moi vous avez dans des jours, trop lointains, animé des dinosaures dans votre tête, ce livre est pour vous. 

     

    Ichnologie: l'art subtile de suivre les traces

    Calvin and Hobbs de Bill Watterson.  Source: http://marswillsendnomore.wordpress.com/2012/07/31/dinosaurs-of-calvin-and-hobbes-by-bill-watterson/

     

    «I like to argue that dinosaur tracks constitute the «real» fossil record of dinosaurs rather than their bones, which are nice but, well, just a little too dead. Tracks breathe life into dinosaurs»  [Anthony J. Martin]

     

    Une citation qui résume merveilleusement le sentiment que ce livre fait naître... et prouve...

    Je crois que vous ne regarderez plus vos pas, ou ceux des autres, dans le sable, de la même manière en sachant tout ce qu'ils peuvent révéler.

     


    votre commentaire
  • Le 5 juillet 2014.

    Un magnifique rapprochement entre notre astre sélène et la divinité de la guerre, Mars. Si près l'un de l'autre, et pourtant si éloignés... J'ai bien pris des photos, mais rien à faire; aucune ne rendait justice à cette conjonction céleste. Il me sembla que seul un croquis au pastel pouvait vraiment représenter cette proximité virtuelle de trois titans: une planète, un satellite et une étoile lointaine. Il me sembla, en bref que seuls, deux heures passées à m'attarder sur papier à coucher le pastel, à l'estomper soigneusement, y faire les retouches dictées par ma mémoire pouvaient imprimer les sentiments de cette magnifique fresque où la Mars légèrement rosâtre bataillait avec Spica pour encadrer notre satellite.

     

    Mars et la lune en conjonction

    Pastel secs

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique