• Saviez-vous qu'il faut environ 250 millions d'années à notre terre pour faire le tour de notre galaxie, la Voie Lactée?  Ce fossile d'un petit brachiopode (probablement un Sowerbyella sp.) vivant il y a quelques 450 millions d'années a été exhumé de mon jardin à Montréal au Canada.  Je l'ai trouvé assez fortuitement après avoir ouvert une pierre en creusant avec une pioche.  Ce faisant, j'exposai pour sa première fois en 450 millions d'années, les restes fossilisés de ce petit animal marin à la lumière du soleil.  Il a donc fait près de deux fois le tour de notre galaxie avant de se retrouver mis en valeur dans ma bibliothèque.  Une pensée très émouvante qui remet nos petites préoccupations dans une perspective cosmique...

     

    deux fois le tour de la Voie Lactée

     

    Nikon D5000, Tamron 90mm macro

    ISO 200, f4.5, 1/60 sec, Flash Nikon SB700 avec diffuseur et réflecteur

     


    votre commentaire
  • J'ai pu capter la Saltique alors qu'elle venait de fondre sur sa proie.  Occupée à se repaître, cette petite araignée sauteuse fut assez stable pour que je puisse prendre trois photos rapprochées.  Il m'a suffit par la suite de les assembler dans photoshop pour en faire une petite animation sous forme de gif... Vous remarquerez qu'elle a un moucheron prisonnier dans ses mandibules.   Si vous prêtez attention à la deuxième animation, vous pourrez voir deux crocs recourbés et acérés qui se referment sur la proie.

     

    Cliquez sur les photos et vous les aurez en gros plan

     

    La saltique en mouvement

    La saltique en mouvement


    votre commentaire
  • Ce petit prédateur ne mesure que quelques 3mm de longueur.  Lorsqu'il arpente les murs de maçonnerie de nos demeures, il est presque invisible.  Seul un regard attentif, désireux de l'épier, peut véritablement voir  cette araignée sauteuse.  La saltique arlequin porte merveilleusement son nom de par son comportement (du latin saltare: sauter) et par sa livrée.  Elle se meut avec des gestes saccadés comme à la commedia del arte, prête à fondre sur une proie.  C'est une sauteuse solitaire qui ne tisse pas de toile pour y piéger ses repas: elle préfère bondir subitement pour surprendre sa victime. Bien habile celui qui peut prévoir son site d'atterrissage.  Cette petite araignée, quoique méfiante, se montre étonnamment curieuse lorsque la lentille du photographe se rapproche à moins de 6 cm.  Elle lève la tête exposant ses grands yeux et sa chevelure hirsute et elle observe.  Elle décide alors soit de fuir le long des murs ou, si le photographe est par trop insistant, elle disparait comme par magie.

     

    La salique sauteuse

    La salique sauteuse

    Appareil : Nikon D5000
    Objectif : 40mm f/2.8G
    Mode mise au point : Manuel (MF)
    Exposition
    Ouverture : f/8
    Vitesse d'obturation : 1/160s
    Mode d'exposition : M
    Sensibilité : ISO 800

     

     

     


    votre commentaire
  • Cette petite guêpe verte (Agapostemon splendensaux magnifiques reflets métalliques, semblait me garder à l'oeil alors que l'objectif n'était qu'à quelques 15 cm. Elle est posée sur une feuille de tournesol.  Cette guêpe semble plutôt se plaire dans la fraîcheur des fins d'après-midi alors que l'été tire sa révérence.  L'objectif 40mm Nikkor micro, se prête merveilleusement bien à ce genre de prise de vue.

    Appareil : Nikon D5000
    Objectif : 40mm f/2.8G
    Mode mise au point : Manuel (MF)
    Exposition
    Ouverture : f/8
    Vitesse d'obturation : 1/1250s
    Mode d'exposition : A
    Correction expo. : +0.3IL
    Sensibilité : ISO 1250

     

     

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires