•  

    La planète Jupiter est entourée d'une nuée de quelques 67 lunes (confirmées). Les quatre principales, Io, Europa, Ganymède et Callisto ont été découvertes par Galilée en 1610 avec un télescope grossissant 30X.  Il avait pu décrire avec précision leur danse autour de Jupiter dans un opuscule intitulé «Le messager des étoiles».  Les photos ci-dessous ont été prises avec mon télescope de 130mm et une petite caméra planétaire, la NexImage, en 2011. La dernière série de deux images est intéressante parce que Io, le plus rapproché des quatre satellites, laisse une ombre visible sur la surface de Jupiter.  L'ombre de Io est juste à côté de la Grosse tache rouge de Jupiter. Io redevient visible à gauche à 21:45.

    La première image (et sa contrepartie avec l'identification de trois des lunes), laisse mieux voir la Grosse tache rouge dans l'hémisphère sud.  Cette tache qui paraissait plus pâle en 2011, est un gigantesque anticyclone, un ouragan tellement vaste que trois planètes terre pourraient y être avalées.

    Observer Jupiter et ses lunes est une expérience très intense visuellement.  C'est un contact privilégié avec le ciel et une communion avec le cosmos... mais c'est aussi, un peu, un contact avec l'histoire que d'imaginer Galilée, 400 ans plus tôt observant la même danse...

    « si j’ai pu voir aussi loin, c’est parce que j’étais juché sur les épaules de géants» [I. Newton, 1676, dans une lettre à R. Hooke]

     

    La danse lunaire autour de Jupiter

    La danse lunaire autour de Jupiter

    La danse lunaire autour de Jupiter


    votre commentaire
  • Une conjonction est un terme utilisé pour parler de deux corps célestes qui sont près l'un de l'autre.  Il y a un peu plus de deux ans maintenant, j'eu la chance d'admirer la conjonction de la lune et de la planète Jupiter. Ah! Jupiter, si petite vue de notre perpective prétentieuse de bipèdes... et pourtant, pourtant... Jupiter, qu'observait Galilée en 1610 et pour laquelle il décrivit la ronde de ses quatres principales lunes, Io, Callisto, Ganymède, Europa, Jupiter, dis-je, est une géante gazeuse atteignant plus de dix fois le diamètre de la terre. Petite disions-nous? On peut comprendre: cette planète jovienne est située à plus de 500 millions de Km de nous.  Trente-cinq minutes-lumière de notre oeil.

    Le destin est railleur. Cette image magnifique marquait ma sortie d'une conférence de l'astrophysicien Jean-Pierre Luminet à l'Université de Montréal.  La grande tour du pavillon principal, aujourd'hui Roger-Gaudry, s'élevait majestueusement comme un défi à ces corps dominant notre firmament visible.

    Conjonction

    Pastel sur papier noir Canson, ajout numérique de la tour de l'UdeM


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires